Installations « jeune vidéo »

Ce projet fédérateur s'inscrit dans une démarche d'éducation à l'image et à l'art vidéo référencé dans les programmes d'enseignement d'arts plastiques.
Il bénéficie du soutien de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, de la DAAC du rectorat de Clermont-Ferrand et du réseau Canopé-CRDP de l'Académie de Clermont-Ferrand.
Il s'agit de réaliser une installation vidéo ou multimédia au sein des établissements scolaires, avec un artiste proposé par VIDEOFORMES et un encadrement professionnel.

Présentation du projet fédérateur "installations jeune vidéo" 2016-2017

Télécharger
projet fédérateur installations Jeune
Document Adobe Acrobat 9.7 MB

Le lieu

Télécharger
Plan hall.pdf
Document Adobe Acrobat 13.4 KB

Les artistes...

Qui ont (ou vont) participer.

Isabelle ARVERS

http://www.isabellearvers.com/ 

 

Artiste et commissaire d’exposition.

 

Spécialisée dans les relations entre l’art et les jeux vidéo, Isabelle ARVERS axe ses créations multimédia, ses performances, ses conférences, les ateliers qu’elle anime autour de cet « art total » virtuel et interactif. Elle s’est intéressée aux jeux vidéos et au game art à la fin des années 90 (tout d’abord avec les cd-rom interactifs), lorsqu’elle a pressenti qu’ils allaient faire partie de la culture des futures générations, qu’ils allaient inévitablement être un nouveau moyen de « façonner leur imaginaire ». De même qu’elle fut une des premières en France à introduire l’univers des jeux informatiques dans le monde de l’art, par l’organisation de nombreuses expositions à travers le monde, elle s’emploie également à démocratiser l’approche des univers virtuels. Depuis 2009, elle initie les publics divers et variés à la réalisation de machinimas (« films conçus à l’intérieur de mondes virtuels à l’aide de moteurs 3D temps réel ou de jeux vidéo ») afin qu’ils reconsidèrent le jeux vidéo et son usage non plus comme un produit de consommation de masse promu par une industrie qui définit ses codes esthétiques et éthiques mais qu’ils s’emparent de cet outil vidéoludique comme un médium à maîtriser, comme un nouveau langage, comme un art à multiples points de vue. En 2012, Isabelle ARVERS conçoit son premier m

achinima, production personnelle où elle privilégie une posture d’artiste et non plus de commissaire d’exposition ou de médiatrice. 

« “En utilisant les espaces virtuels et en changeant la perspective comme stratégie artistique, les machinimas permettent une distance critique vis à vis d’un monde simulé. Ils tendent à éradiquer les frontières entre réalité et fiction et redéfinissent les contours du pouvoir transgressif des jeux vidéo. “Là où le monde réel se change en simples images, les simples images deviennent des êtres réels, et les motivations efficientes d’un comportement hypnotique.” (Guy Debord, La Société du spectacle, Paris, 1967). Ils réactualisent la conception situationniste du cinéma dans laquelle, les images, les voix, les dialogues ou les interviews agissent comme différentes couches de sens.” » Isabelle Arvers (2009)

 

MOTS CLÉS : jeux vidéo, collaboration, virtuel, avatar, game art, multimédia, interactif.

Christophe BÉDROSSIAN

 

Vidéaste et formateur vidéo, animateur radio et créateur de Web TV.

 

La culture est pour Christophe Bédrossian un savoir qui ne s'impose pas mais qui se vit et se construit au sein d'un groupe d'individus à échelle locale. Chacun peut l'enrichir en partageant sa propre expérience. La vidéo devient alors un moyen de provoquer des rencontres intergénérationnelles. On apprend à se connaître soi-même au contact des plus anciens comme des plus jeunes, qui nous livrent des scenarii possibles de cette Histoire qui a été, et de celle qui pourrait advenir.

« Christophe Bédrossian travaille sur la collecte de mémoire depuis un certain nombre d’années. La mémoire est envisagée comme un matériau. Mémoire des mots, mémoire du corps. Réinvestir ces morceaux du passé pour tenter de leur donner une résonance contemporaine en les mettant en scène au travers d’une installation ou d’un spectacle. » En vidéo comme en performance, la répétition d'un geste, d'une réplique, d'une pause jusqu'à les rendre abstraits permet, aux acteurs et aux spectateurs des projets proposés par Christophe Bédrossian, de mener une réflexion sur leur signification et la place qu'ils ont dans le flux continu de la vie.

En ce moment Christophe Bédrossian travaille autour du mapping (habillage de surface). Les plexiglas et miroirs (démultiplication de l’image, reflets au sol ou au plafond) utilisés pour les installations ou performances entrent dans cette démarche de recherche particulière autour des mouvements des corps. Son dernier projet au Conservatoire botanique national du Massif Central, avec Hélène Hibou et Yo, joue avec la fluorescéine et des images vidéo éthérées pour célébrer la magie de la nature.

 

MOTS CLÉS : mémoire, gestes, transmission, rencontre, échange, histoire, flux. 

Loiez DENIEL

www.loiez.org

 

Poète voyageur, chercheur indépendant en solutions d'intégration multimédia et en poésie opérationnelle, enseignant, président de l'association VIDEOFORMES.

 

Poète voyageur, chercheur indépendant en solutions d'intégration multimédia et en poésie opérationnelle, enseignant, président de l'association VIDEOFORMES.

Bien qu'il ait une approche documentaire de la photographie, qu'il préfère en noir et blanc ou désaturée, Loiez Deniel travaille toujours à la lisière entre le témoignage objectif d'un journaliste et le regard subjectif de l'artiste. L'artiste dit « chercher la

fracture, la poésie, l'histoire courte tout autant que

l'esthétique ou la géométrie ». C'est pour cela que ses prises de vue semblent flirter avec le hors-champ, l'extra diégétique, ce que « l'on ne voit jamais si l'on ne fait pas un jour, un pas de côté ». Très attaché au concept situationniste de dérive, pratiqué et théorisé par Guy Debord, Loiez Deniel parcourt le monde sans autre dessein que celui de capturer des instants anodins et les métamorphoser en miettes de vie cristallisées. Néanmoins, le moindre événement photographié est une occasion pour nous livrer un portrait des plus intimes de ceux qui figurent sur le cliché, et ce, qu'ils fassent partie ou non des proches de l'artiste.

 

MOTS CLÉS : documentaire, reflet, cadrage, errance, danse, subjectivité, poésie.

Anne-Sophie EMARD

 

www.annesophieemard.com

 

Photographe, vidéaste et scénographe.

 

Anne Sophie Émard compose dans son OEuvre, une synthèse fine et subtile d'éléments empruntés aux univers du cinéma et de la peinture. Par collage,

superposition ou juxtaposition de photographies ou de vidéos, mais aussi avec les procédés du mapping et du morphing, elle mêle ses propres images avec celles des autres, réajuste, jusqu'à obtenir une image autonome, véhiculant une certaine étrangeté. La contamination sémantique d'une image mise en présence d'une autre crée un sens nouveau, une ébauche de narration que l'artiste ne cherche pas à maîtriser ou à cerner.

Dans ses dernières séries de photographies, en associant des fragments de stars du cinéma à ses paysages ou en leur attribuant les noms de protagonistes issus de films célèbres, elle renverse les codes de l'art classique et cherche à faire de la nature un personnage, du décor un portrait.

« Ce que me semble chercher, avec une obstination légère, une certitude douce, Anne-Sophie Émard, c'est à mettre à jour le fonctionnement de la pensée et, ce faisant, la compréhension du monde. Dans les propositions d'Anne-Sophie Émard, et elle le dit elle-même, « on regarde autre chose que ce que l'on voit », et si l’artiste met souvent en rapport deux images, ce n'est pas pour que l'on « voit » ces deux images, mais pour que l'on en voit une autre, pas une troisième, une autre, une image-construction, une image-pensée. »

Arnaud LAPORTE, producteur à France Culture, Une douce certitude

Extrait du catalogue d’Anne-Sophie Émard, le sourire des glaciers (Un, Deux… Quatre, Éditions, 2006)

 

MOTS CLÉS : Réalité, narration, cadrage, projection in situ, détournement, réappropriation, cinéma, extrait, décor.

Christelle GUILLET

http://christelleguillet.com/ 

 

Artiste plasticienne, historienne de l’art, musicienne, pédagogue, etc. ......

 

Christelle GUILLET a de nombreux objets d’études qu’elle tisse avec son « savoir » et le « faire ». 

Spécialiste de l’art de la Renaissance et du 17e siècle, elle puise dans l’histoire de l’art la légitimité expressive de sa pratique artistique. Elle développe notamment des études sur la posture du corps dans un espace cadré, au moyen de différents types d’image et de pratiques (peinture, dessin, photographie, vidéo...). 

Elle ne s’attache pas à la technique, ni au médium à proprement parler, mais préfère employer le terme de méthode. Pour elle, chacun doit avoir le choix d’utiliser les outils qu’il juge les plus adaptés pour parvenir à l’expression juste de son idée. 

Elle aborde actuellement la vidéo et sa temporalité par un questionnement issu de sa propre pratique musicale et transposé dans les arts plastiques. Violoniste de formation classique, elle a plongé dans les musiques traditionnelles irlandaise, klezmer, kurde, iranienne, etc., les a décortiquées, et en a extrait des notions éloignées de la culture occidentale (le silence, la disharmonie). Avec ces notions, elle bâtit une philosophe désireuse de nous faire ressentir un innommable instant de grâce, un insaisissable plaisir intime.

 

MOTS CLÉS : mouvement, corps, instant, cadre, posture, rythme, musique classique et vernaculaire.

Cécile QUINTIN

https://cecilequintin123.carbonmade.com/

http://videoformes.com/2015/09/09/videobar-17-cecile-quintin/ 

 

Artiste photographe... se dit aussi "Photiste Artographe" avec humour.

 

Au fil de ses voyages ici et ailleurs, les clichés pris sont l’expression d’une réalité transcendée. Le regard se porte principalement sur des formes inorganiques et architecturales du milieu urbain en mutation.

« Peintre de formation, le graphisme et la composition ont souvent pris le pas sur mon travail de coloriste. J'aime représenter selon un point de vue frontal les sujets qui me "tape à l'oeil" sans artifice ni montage. Je me suis passionnée pour l'art photographique suite à de nombreuses rencontres avec des professionnels de l'image. Je travaille avec du matériel argentique : Leica, Rolleiflex, Yashica et Hasselblad. Rien ne m'empêche d'utiliser également l'appareil numérique Nikon... Mes images focalisent la lumière et ce sont surtout les objets et les volumes graphiques qui sont au cœur de mes préoccupations. J’aime le contraste et la prolongation d’une réflexion poétique voire philosophique, dans les choses que j’immortalise. Lors de mes pérégrinations en France et à l’étranger, je trouve un écho aux émotions/sensations; les évidences que je vis sont alors mémorisées puis exposées. »

 

MOTS CLÉS : Argentique, interactif, dispositif manipulable, lumière, graphisme. 

véronique RIZZO

 

www.documentsdartistes.org/artistes/rizzo

 

Artiste plasticienne et vidéaste.

« L’abstraction de Véronique Rizzo rentre en dialogue avec les avant-gardes historiques, des constructivistes russes jusqu’à l’op art, en passant par l’art concret ou le Bauhaus, tout en redéfinissant, contredisant ou amplifiant ces fondements théoriques. Son travail ne fonctionne pas sur un principe d’opposition entre la rationalité moderniste et les pulsions, le romantisme débridé ou la sensualité tropicale des motifs. Il n’oppose pas non plus les formes pures et autonomes de l’abstraction et des motifs issus de la culture populaire (génériques d’émissions de télévision ou de films des années 1960-70, BD, science-fiction, cultures urbaines, musiques électroniques, psychédélisme), mais porte un regard critique sur l’impureté des formes suprématistes de fait que les formes cinétiques ont été rattrapées par l’industrie de la  communication de masse, le graphisme et le design. Son travail est une affirmation intense de la puissance émotionnelle de l’abstraction. » Pedro Morais.

Dreamers, le dernier projet de Véronique Rizzo est une installation vidéo sur deux écrans accompagnée de son. A son propos, Camille Videcocq écrit : « La peinture et la vidéo, en particulier trouvent un espace commun dans l'expérience que nous avons d'une oeuvre en un lieu et un instant donné, mais tout aussi bien ces images qui nous habitent et nous interpellent quotidiennement, et comme celles qui hantent notre mémoire. Dreamers fonctionne sur le mode de l'inspiration et de la référence, dans le sillage du cut-up process inventé par Bryon Gysin, poète et artiste de la beat génération, inventeur de la Dream machine, et son complice William Burroughs. Véronique Rizzo sample dans cette oeuvre, aussi bien les mots, les motifs que les images filmées. Cette superposition syncrétique renvoie à la saturation d'images et slogans qui traversent l'espace médiatique contemporain tout en évoquant de manière assumée une esthétique de film expérimental aux accents sulfureux. »

 

MOTS CLÉS : Abstraction géométrique, op art, contemplation, motifs, glissement, hypnose, cut-up, dynamique visuelle.

Anne Marie ROGNON

www.annemarierognon.com 

 

Artiste plasticienne, vidéaste.

 

Anne Marie Rognon pratique la vidéo, la sculpture, la peinture, trois domaines qu'elle mêle parfois dans un travail d'installation teinté d'humour et de franchise. Elle prélève dans la culture populaire et des médias la substance qu'elle cuisine et triture pour nous dévoiler sa personne, fort éloignée des fantômes stéréotypés qui hantent notre paysage visuel et sonore. Ses œuvres sont des monologues, en tension entre ironie et contemplation, qui transforment le banal en magique, le quotidien en poétique. Une barrière automatique de parking, une nouvelle garde-robe, un homme qui repeint ses volets, une question, un nom de famille, une manie chez les brebis... Dans ses vidéos, le moindre objet allume la mèche de la narration et le moindre détail de la vie se prête aux commentaires de l'artiste, à l'analyse, à l'hommage.

« Anne Marie Rognon manie le dérisoire avec une placidité impeccable et un humour limpide. Par le biais d'assemblages rudimentaires, une esthétique de la miniature et de la pacotille, l'artiste entreprend un travail se déplaçant entre la peinture, l'installation ainsi que la vidéo. A l'aide d'un pop de seconde main, de couleurs vives, de contours naïfs et flashy, Anne Marie Rognon déploie un imaginaire irrésistible alliant simplicité goguenarde et poésie exquise. Ses slogans et jeux de mots témoignent d'un mauvais esprit ravageur, tout en n'apparaissant cependant que par sous-entendus allusifs ou connotations légères. Entre premier degré confondant et clins d’œil rafraîchissants, une des caractéristiques de ce travail réside en une certaine liberté de ton, une énergie forte et fragile » Frédéric Emprou, 2008.

 

MOTS CLÉS : Assemblage, ironie, autoportrait, engagement, détournement, détail, voix off, description, contemplation.

Mathieu SABATIER

www.2t3m63.wix.com/mathieusabatier http://farleprojet.wixsite.com/fdca 

Intervenant vidéo, artiste numérique et « bidouilleur artisanal ».

 

La vidéo est pour Mathieu Sabatier un vecteur social, un outil pour se rencontrer, pour partager un moment, pour s'affirmer et se sentir nécessaire au sein d'un collectif qui façonne sa culture.

Il livre avec générosité toutes ses combines de bricoleur au travers de multiples ateliers vidéo, en milieu scolaire ou associatif. Ses dispositifs sollicitent les participants dans tout leur être. Ses vidéos inventent chaque fois un nouveau jeu où le corps avec ses gestes, ses mouvements chorégraphiques, sa trace, est le fil conducteur de l'histoire.

« Mathieu Sabatier fait ses études aux Beaux-arts de St-Étienne dans un premier temps et bifurque ensuite sur un master en médiation culturelle de l'art. De là lui vient le goût du travail collectif, du partage et du faire ensemble. Il utilise la vidéo comme outils fédérateur à travers de nombreux projets. Sa pratique est faite d'allers retours permanents entre arts numériques et bidouillages artisanaux, travaillant sans cesse sur l'implication du corps, dans la façon de filmer, d'accumuler les images, de construire des dispositifs où la complémentarité entre les individus est la clef de la réussite. »

 

MOTS CLÉS : Danse, rythme, montage, trucage, lien social, posture, corps, geste, performance, mouvement. 

Arnaud SIMETIERE

www.arnaudsimetiere.wix.com/mp-imaginaire

www.musiqueaupoing.tumblr.com

www.soundcloud.com/sg-exp

www.bab-musique.com 

 

DJ, photographe, artiste numérique, producteur de création sonore et musicale.

 

 

Au travers du djing et notamment de la pratique du sampling, le travail d'Arnaud Simetière interroge sans cesse l'hybridation des cultures et des styles musicaux. Il brode avec l'acoustique et l'électronique, la black music avec la musique contemporaine, la photographie avec le son, accordant une importance aux textures sonores. On retrouve cette notion de texture dans sa pratique documentaire de la photographie, la plupart du temps en noir et blanc.

Formé initialement aux études urbaines, il explore, au travers de ses lectures et de ses rencontres, les liens entre la ville, la musique et la culture populaire. Cotonouenmusique, est le premier volet de la collection Musiqueaupoing?, ensemble de créations audiovisuelles interactives autour de huit villes sur les bords de l'océan Atlantique. Réalisé avec Émile Sacré, ce projet combine photographies, musique mixée à partir de samples enregistrés au Bénin et motifs géométriques tirés des imprimés sur tissu WAX.

 

MOTS CLÉS : Dissémination, circulation, identité, hybridation, social, jazz, frontières, interactivité, voyage, tourisme.

Nicolas TOURTE

http://www.nicolastourte.net/ 

 

Plasticien, photographe, sculpteur et vidéaste.

 

« Un monde parallèle et décalé où chaque détail compte. Sculpture, installation, dessin, performance, photographie, photomontage et vidéo sont les médiums [que Nicolas Tourte] a choisis pour transfigurer le quotidien. Des mediums auxquels il ajoute une pointe technologique et numérique […] notamment l’utilisation de systèmes de projections dans l’espace ou directement sur des objets sélectionnés. Celles-ci viennent animer des scènes initialement immobiles. […]. Multiplication, répétition, images en boucle, les projections tournent à l’hypnose et brouillent notre perception. Les associations sont à première vue simples, efficaces et amusantes. Pourtant, il souligne l’uniformisation de nos paysages, urbains et ruraux, dans laquelle il extirpe des fictions à la fois critiques et soucieuses d’une perception alternative de notre environnement visuel.

Nicolas Tourte met en place des dispositifs mêlant humour, illusion et jubilations visuelles. Dans sa réflexion plastique et conceptuelle, les objets du quotidien jouent un rôle moteur. Chaque installation vidéo est pensée en fonction du lieu où elle est présentée au public. […] L’artiste envisage l’œuvre comme un objet facilement transportable, malléable et modulable selon les lieux où il expose. En plus des effets spatiaux et visuels, nous notons l’effort produit par l’artiste pour la création des titres de chacune de ses œuvres, de véritables calembours et jeux de mots qui nous guident dans notre lecture des images et des objets. Les titres font partie du processus créatif imaginé à partir d’une vision singulière et ironique de notre société où le matériel prime souvent sur l’humain, la pensée et les sentiments. Il décode avec pertinence notre relation aux objets et met en lumière leur présence envahissante et écrasante. » . Julie Crenn (2012)

 

MOTS CLÉS : Fiction, humour, collage, objet du quotidien, énigme, improbable, association d’idées, décalage, poétique, surréalisme, onirisme.