Introduction à l'art Vidéo

 

On s'accorde à dire que l'art vidéo a été inventé en 1963, par Nam June Paik avec ses 13 «téléviseurs préparés» (hommage à John Cage) à la galerie Parnass à Wuppertal. C'était dans l'air du temps, un nouvel «outil», la télévision et les enregistreurs magnétiques d'images sonores ont très vite attiré l'intérêt des artistes.

 

Certains ajouteront que Wolf Vostell est aussi le père de l'art vidéo avec ses Dé-coll/ages (Sun in your head, Télévision Dé-coll/age 1963).

 

 

Quoi qu'il en soit, et quelle que soit l'approche de chacun, l'art vidéo est l'art des nouvelles technologies des années soixante.

 

 

De Nam June Paik qui y voit les possibilités immenses de repeindre le réel et surtout de diffuser en masse sur les réseaux télévisés, aux inquiétudes sinon aux angoisses de Wolf Vostell qui dénonce - et détruit régulièrement - l'outil de propagande, de formatage des esprits que peut être la télévision de masse, à des pionniers défricheurs comme Ed Emschwiller et ses images sans camera ( l'ordinateur se suffit à lui-même) en passant par les Vasulkas - Steina la violoniste et Woody l'ingénieur - créateurs de la Kitchen à New York et d'images nouvelles, tous s'enthousiasment et écrivent les premières pages de cet art nouveau, ouvrent des pistes, des espaces nouveaux à explorer.

 

 

A leur suite, une deuxième génération, les Bill Viola, Gary Hill, John Sanborn, Robert Cahen, Thierry Kuntzel, Studio Azzurro, Bruce Nauman, Fabrizio Plessi et bien d'autres s'emparent de ces outils que l'on trouve à cette époque dans les institutions et parfois dans les grandes compagnies internationales qui confient leurs caméras mais surtout leurs moyens de post-production à des artistes qui vont aider ces mêmes compagnies à progresser. 

 

 

La fin des années soixante-dix et les années quatre-vingt voient monter l'intérêt des institutions culturelles pour une forme d'art encore inconnue du grand public.

 

 

C'est à ce moment que se créent un peu partout dans le monde des festivals d'art électronique, d'art vidéo : le Festival International d'Art Vidéo à Montbéliard en 1984, Videoformes à Clermont-Ferrand en 1986, VideoBrasil à Sao Paulo et Vidéo Arts Plastiques à Hérouville St-Clair en 1987, EMAF à Osnabrück en 1988, ...

 

 

L'accès aux outils de production, bien qu'essentiellement institutionnels, devient plus facile. Mais ce qui bouleversera véritablement la donne, c'est l'arrivée des ordinateurs personnels performants et la «révolution» de l'internet dans les années 90. Les artistes s'affranchissent pour la plupart des institutions et libèrent leur parole. Le web 2.0 porte un coup fatal à la limitation de la diffusion des œuvres, en tout cas des films ou monobandes. Youtube ou mieux encore Viméo, une plateforme de qualité, permettent aux artistes de diffuser vidéos d'art, captations de performances, webdocs artistiques, vidéos holographiques ... Les smartphones et leurs créations vidéo ont leurs propres festivals, les formats GIF animés trouvent une nouvelle vie et une nouvelle dimension avec quelques artistes de renoms qui publient régulièrement sur internet et se voient récompensés par des «awards» comme celles de Transcultures (Belgique). Une création artistique affranchie, véritablement indépendante se développe et va souvent chercher une forme de reconnaissance dans la participation à des festivals d'art vidéo ou d'art numérique. Le flot d'images s'élargit, la dimension créative du son est de plus en plus prise en compte grâce à de nouveaux logiciels, des films génératifs sans début ni fin programmés ou conçus comme des applications sont de plus en plus proposés au public.

 

 

Il apparait que tous ces outils, l'interactivité, ce cinéma «élargi» (extended cinema) offrent à chacun les moyens de communiquer ces images mentales (muettes ou sonores) qu'auparavant on ne pouvait que décrire...

 

 

Gabriel Soucheyre pour Other The Real, octobre 2016


Télécharger
Introduction à l'art vidéo
Ce dossier constitue une entrée en matière au sujet de l’art vidéo, de ses fondateurs à nos jours ainsi que de ses évolutions vers d’autres formes d’art (l’installation, la performance, la vidéodanse, le Vee-Jaying). Il présente quelques biographies d’artistes, une bibliographie et une sitographie sur le sujet.
introduction à l'Art Vidéo.pdf
Document Adobe Acrobat 900.3 KB

Glossaire

Ce Glossaire agrémenté au fil de nos travaux tend à donner une définition ou une explication aux principaux termes concernant l’art vidéo sous toutes ses formes.

Télécharger
glossaire.pdf
Document Adobe Acrobat 546.9 KB

Outils numériques

Pour l'enseignement du numérique à l'école. Le site des arts plastiques de l'Académie de Clermont-Ferrand propose une liste de logiciels de création vidéo, sonore, graphique et photographique, énumère leurs caractéristiques et en évalue les avantages et inconvénients.


Portraits vidéo d'artistes


Visite des expositions

VIDEOFORMES accueille les établissements scolaires sur les expositions d’installations vidéo présentées lors de la manifestation annuelle.

2017

Télécharger
DOSSIER PEDAGOGIQUE VIDEOFORMES 2017.pdf
Document Adobe Acrobat 7.2 MB

2016

Télécharger
2016
DOSSIER pédagogique 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 6.1 MB

Et sur Internet, les ressources complémentaires...